On disait quoi déjà à propos des enfants ? Que ça prenait un village pour l’élever. Parents, amis, famille, spécialistes, professeurs, gens de passage, tous ont une influence sur la jeunesse. Sur les autistes, cette affirmation prend tout son sens, bien entendu lorsqu’autour de lui gravitent des personnes positives, qui le comprennent et peuvent décoder ses agissements.

Comme des grands-parents, par exemple.

Comment grand-papa et grand-maman peuvent-ils participer à la vie active d’un petit ou d’une petite autiste ?

Ici, ça se déroule de plusieurs façons. C’est surtout très routinier et ce, pour respecter le rythme de Laurent qui exige une routine rodée au quart de tour.

Chaque mercredi après l’école, c’est le rendez-vous Tim Hortons avec son grand-papa Ronald. À 16 h 16, il l’attend à l’arrêt d’autobus avec moi. Ensuite, papa sort du décor ! C’est le moment de Laurent, un répit d’à peine une heure, mais tout de même un répit. J’en profite pour m’inquiéter un peu, notamment en vérifiant dans son agenda s’il n’a pas un message de son éducatrice… Ensuite, je peux prendre moi aussi mon café. Généralement un espresso doppio que je déguste en lisant… un livre sur l’autisme. Il faudrait bien que je me ratrappe dans mes romans.

Chaque fin d’après-midi après l’école, c’est le rendez-vous tablette Samsung, non pas pour jouer à un énième jeu vidéo, mais pour répondre au quiz de la journée, gracieuseté de grand-maman Violette et grand-papa Serge. Des questions de culture générale : géographie, histoire, politique, arts, musique, etc. Une manière originale et enrichissante pour Laurent d’apprendre à faire des recherches sur Google. Parfois, il met de l’avant sa logique de Vulcain… Par exemple, à la question “quel pays se trouve à l’Est de l’Espagne, la réponse peut être n’importe quel pays à l’Est de l’Espagne !

Avec grand-papa Serge, on se prête volontiers à imprimer plein d’images que Laurent garde dans une boîte. On raconte des histoires sur le légendaire chien Prince, on regarde des films, on parle beaucoup, on écoute du Charles Aznavour, on passe beaucoup de temps ensemble, on s’adonne aussi à la rédaction de jeux-questionnaires sur la bataille de Pearl Harbour.

Chaque visite chez grand-papa Ronald et grand-maman Nicole permet à cette dernière de mettre en branle le rituel Kit-Kat. Il consiste d’abord à demander la permission pour ouvrir le mystérieux tiroir aux merveille dans lequel sont cachés les fameuses Kit-Kat. Bien entendu, il n’en mange pas trop ! Elle lui prête ensuite sa tablette afin qu’il puisse jouer sa partie de Skip-Bo et regarder des vidéos dans lesquelles il tient la vedette. C’est parfois dans cet univers que Laurent reste pour dormir, histoire de donner un vrai répit à ses parents !

Ces moments sont précieux dans le coeur de Laurent. Encore le plein de souvenirs qui se fait pour lui !

Et pour les grand-parents, ces moments leur donnent certainement beaucoup de bonheur.

Inconsciemment, ils se font les porte-parole de leur génération pour démystifier l’autisme. Ils aident aussi Laurent à mieux apprendre, à avoir du plaisir en apprenant, à y aller à son rythme, etc.

Et vous, comment se passe la relations entre votre enfant autiste et ses grands-parents ?

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s