Vue sur la page Facebook de Guylaine Guay, cette photo prise dans la classe de son fils Léo et qui démontre de manière concise et efficace les particularités d’une personne TSA :

capture-decran-2016-12-01-a-23-51-55

Elles sont faciles à retenir.

Ce n’est pas une maladie, c’est une condition : alors les « traitements » qu’on nous sert sur Facebook et dans certains sites dit sérieux…

On est aussi intelligent que les autres : on prend juste des méthodes différentes pour le démontrer ET on a juste besoin de méthodes d’enseignements différentes pour arriver au même point que les neurotypiques.

On aime la routine : vous ne me croyez pas ? Changer la routine de Fils rien que pour voir, un autre chemin pour aller au restaurant, ajouter un article qui n’est pas sur la liste, etc.

On aime répéter des mots ou des phrases : ça va aussi pour des citations de films, des phylactères dans les BD de Tintin ou Astérix, des pubs à la radio, etc.

On aime se faire un beat pour s’occuper : Je ne saisis pas. Si c’est chanter quand on n’a rien à faire ou qu’on fait des devoirs, alors c’est sans doute un beat.

On est sensible à certains bruits : que ce soit le bip du lave-vaisselle ou un craquement quelconque, que ce soit le vrombissement du moteur ou le claquement d’une porte, tout bruit fascine, questionne ou dérange. Trop de bruit dans un party peut aussi mener à de l’anxiété.

Le toucher me dérange parfois : si je prends Fils par l’épaule pour l’empêcher de traverser la rue parce que trop distrait et « incapable » de voir gros pick-up qui, c’est écrit dans le ciel, va brûler son stop (et il le fera), cela me vaut un « arrête de me toucher, j’aime pas ça quand tu me touches ». Il y a une hypersensibilité dérangeante dans ce cas-ci. Exception : les massages de Mélissa Boulanger, la brosse en ergothérapie.

Parfois difficile de gérer ses émotions : C’est ce qui arrive lorsqu’on n’a pas de filtre. Scénario social mis en pratique par Fils depuis quelques années déjà avec des bons résultats la plupart du temps…

Difficile de décoder les émotions des autres : Toujours inquiet quand un bébé pleure mais est mort de rire quand je me fais mal ou que je suis mal en point.

Difficile de s’adapter à un nouvel environnement : C’est toujours important de lui laisser le temps d’apprivoiser un nouveau lieu. Quand on peut. Sa nouvelle école par exemple.

N’aime pas être avec trop de monde : Il aime surtout être avec SON monde. Trop de figures inconnues dans une fête d’enfants, un repas de Noël ou un souper de 40 personnes vont le perturber au point que l’on doit refuser des invitations qui, conséquemment, nous font perdre des amis.

Aime la tranquillité : Après une journée à l’école, Fils se réfugie dans son bureau pour regarder des films de famille, dans sa chambre pour lire ou au sous-sol pour compléter un Lego. Parler au fils des nouveaux voisins afin de se faire un ami peut certainement attendre.

Lumière peut déranger : Elle peut aussi capter la curiosité. Un stroboscope, par exemple.

Le mouvement autour de nous nous dérange : Ma récente expérience au Centre Bell me l’a clairement démontrée. Nous sortions dix minutes avant la fin de la période pour aller à la salle de bain. Nous sommes même partis 15 minutes avant la fin du match pour une pas être dans la cohue. De toute manière, le hockey…

Sur la photo, je remarque qu’il reste quatre places pour d’autres particularités. J’ai envie de les remplir en me basant sur mes propres expériences.

On n’est pas des mal élevés

Savez-vous quelle est la différence entre une crise d’autiste et une crise de neurotypique ? Y en a pas ! Les deux démontrent que ces enfants sont des mal élevés ! Une bonne tape sur les fesses pis enweye dans ta chambre !

On n’est pas des mongols

Généralement, c’est ce qu’on peut décoder lorsque nos enfants se font regarder avec un mélange d’interrogation et de dédain. Non, Fils n’est pas un mongol, c’est un caucasien autiste. Merci, on passe à un autre appel.

On peut être direct parce qu’on n’a pas de filtre

Lorsque Fils a quelque chose à dire, il n’utilise pas la diplomatie tout simplement parce qu’il ignore ce que c’est. Et non, il n’est pas mal élevé à cause de ça. On lui montre la marche à suivre dans son « manuel » sur les civilités. Tu trouves toujours que je ne fais pas mon travail de père ? Viens, on va en discuter à l’extérieur…

On ne semble pas là mais on saisit tout

Fils n’a pas seulement une logique de Vulcain, il a aussi une ouïe digne de cette ethnie extra-terrestre tirée de Star Trek. Il faut toujours faire attention à ce qu’on dit. Si nous avons un conflit où l’on doit argumenter, il faudrait même prévoir une pièce à part et insonorisée.

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s